top of page

Georgina Tacou, Nous le printemps

x

Virginia Woolf, La Mort du papillon de nuit

La Mort du papillon de nuit est une nouvelle traduction du texte de Virginia Woolf The death of the moth (publié posthume en 1942). C’est un texte exclusivement contemplatif : la narratrice raconte son observation à la fois chirurgicale et métaphysique d’un papillon de nuit agonisant devant elle. Elle y noie son propre rapport à la mort, à la vie aussi, et à la nature. Elle décrit la fragilité de l’existence comme étant à la fois un miracle et une fatalité.  

 

Face à ce texte, Nous le printemps est écrit par Georgina Tacou en 2019. C’est une nouvelle d’anticipation dans laquelle est racontée une histoire d’amour naissante entre Elie et la narratrice. Cet amour naît dans un contexte particulier : nous sommes en 2021 et des chercheurs ont développé un accélérateur de particules capable d’aspirer le monde entier dans un mini trou noir. S’ensuit la fin du monde, l’Apocalyspe, le monde se faisant aspirer dans un chaos impensable. Dès lors, y sont développés sont rapport à l’amour et la mort, en tout cas à la destruction. 

 

Les rythmes respectifs de ces deux textes se complètent, l’un très lent, l’autre très rapide, plongeant ainsi le lecteur dans un tunnel fascinant. De la même manière, l’hyper-réalisme de Virginia Woolf se confronte à la science-fiction de Georgina Tacou ; ils se confondent l’un dans l’autre pour recréer une atmosphère à la fois précieuse comme l’aile du papillon et puissante comme la machine. 

60 pages
15x20 cm
octobre 2019
ISBN 978-2-9563413-4-5

10 €

Georgina Tacou

Elle est la fille de l’éditeur français d’origine roumaine Constantin Tacou directeur émérite des éditions de l’Herne. 

Après un premier roman aux éditions Léo Scheer, La Mort n'en saura rien (2009), elle écrit en 2019 Nous le printemps pour les éditions marcel, croisé avec Virginia Woolf. 

Son dernier roman Évangile des égarés (Gallimard, 2020) aborde la survie et l’humanité à travers l’œuvre de Fritz Zorn, mystérieux écrivain auteur d’un seul et unique roman, Mars (1976). Salué par la critique, il figure dans la traditionnelle sélection de printemps du prix Renaudot, dans les catégories fiction et essai.

Elle vit à Paris où elle est scénariste, auteure et traductrice. 

Photographie ©éditions Gallimard

bottom of page